Tales from the Land Above

by Mary Zoo

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €15 EUR  or more

     

1.
Au fil de l’eau Au fil de l’eau, on ira un jour jusqu’à Tokyo Au gré des vents, on mettra les voiles vers le soleil levant Des bords du Rhône jusqu’au Canal de Suez Viens on part, on s’en va ce soir Viens on part retrouver l’espoir Immortels, tout comme la neige des sommets blancs Éternels, quand l’hiver empiète sur le printemps S’allume le ciel, quand naît l’étoile et s’éteint le temps Viens on part, on s’en va ce soir Viens on part retrouver l’espoir Viens on part, on s’en va ce soir Viens on part au-delà des phares With the Current We will go all the way to Tokyo with the current, one day We will set sails with the winds to the rising sun From the banks of the Rhône to the Suez Canal Come, let’s go, let’s leave tonight Come, let’s go find hope again Immortal, like the snow on the white peaks Eternal, when Winter impinges upon Spring Like the birth of a star, the sky lights up and time stands still Come, let’s go, let’s leave tonight Come, let’s go find hope again Come, let’s go, let’s leave tonight Come, let’s go beyond the lighthouses
2.
3.
When my Banshee Sings It’s too soon to leave, to say goodbye Too soon to give you to the sky Oh Angeline, I wanna run with your rivers wild Oh Angeline, will I see you on the other side? When my Banshee sings Over the great ravine Through the ash of the battlefield The song of surrender When my Banshee sings With the wind to the Autumn leaves I start to travel the Seven Seas Into the Winter breeze It’s too late to say, ”I’ll take the time” Too late to say, ”I should have tried” When my Banshee sings Over the great ravine Through the ash of the battlefield The song of surrender When my Banshee sings With the wind to the Autumn leaves I start to travel the Seven Seas Into the Winter breeze And sail to the stars And sail back to the stars We hurt, our hearts We heal our wounds We seek, we lose Our wings, our roots Between heaven and earth And the underworld When my Banshee sings Over the great ravine Through the ash of the battlefield The song of surrender When my Banshee sings With the wind to the Autumn leaves I start to travel the Seven Seas Into the Winter breeze And sail to the stars And sail back to my star Quand chante ma Banshee C’est trop tôt pour partir, pour dire au revoir Trop tôt pour te donner au ciel Angéline, je veux courir avec tes rivières déchaînées Angéline, te reverrai-je de l’autre côté Quand chante ma Banshee Au-dessus du grand ravin Sur les cendres des champs de bataille Le chant de capitulation Quand ma Banshee chante avec le vent Aux feuilles de l’automne Je commence à parcourir les Sept Mers Dans la bise C’est trop tard pour dire que je prendrai le temps Trop tard pour regretter de n’avoir pas essayé Quand chante ma Banshee Au-dessus du grand ravin Sur les cendres des champs de bataille Le chant de capitulation Quand ma Banshee chante avec le vent Aux feuilles de l’automne Je commence à parcourir les Sept Mers Dans la bise Et navigue vers les étoiles Et retourne dans les étoiles On blesse nos coeurs On guérit nos plaies On cherche, on perd Nos ailes, nos racines Entre les cieux et la terre Et les limbes Quand chante ma Banshee Au-dessus du grand ravin Sur les cendres des champs de bataille Le chant de capitulation Quand ma Banshee chante avec le vent Aux feuilles de l’automne Je commence à parcourir les Sept Mers Dans la bise Et navigue vers les étoiles Et retourne à mon étoile
4.
Au Ruisseau 03:35
Au Ruisseau J’ai plus la force, j’ai plus l’envie Plus la foudre dans le sang J’ai plus la rage ni le courage De me battre contre le vent J’ai plus le souffle qui se brise J’ai plus la peur dans la peau J’ai laissé mes fers, j’ai laissé ma croix Et mes larmes au ruisseau J’ai plus le temps de m’enfuir Plus le temps de pleurer Plus le temps de me mentir Juste assez pour t’aimer In the Brook I don’t have the strength or the desire anymore, No lightning left in my blood. I have neither the anger nor the courage, To fight against the wind. I don’t have to hold my breath, I’m not paralyzed by fear anymore I left my chains, I left my cross, And my tears in the brook. I don’t have the time to waste anymore, No more time to cry, No more time to lie to myself, Just enough time to love you.
5.
Birds leave with the Snow Every time we breathe Every time we speak Every time we hear A heart beat We can choose to love We can wipe the slate We can amend the part We play Seasons come And seasons go Birds leave with the snow Mountains give And mountains steal Nothing’s set in stone Every time we bleed Every time we rage Every time we’re forced to change We can start anew We can seize the day We can fight Or just walk away Seasons come And seasons go Birds leave with the snow Mountains give And mountains steal Nothing’s set in stone Les oiseaux partent avec la neige À chaque fois que nous respirons À chaque fois que nous parlons À chaque fois que nous entendons un cœur battre Nous avons le choix d’aimer De recommencer à zéro De changer de rôle Les saisons viennent Les saisons vont Les oiseaux partent avec la neige Les montagnes donnent Les montagnes volent Rien n’est gravé dans le marbre À chaque fois que nous avons mal À chaque fois que nous nous emportons À chaque fois que nous sommes au pied du mur Nous pouvons prendre un nouveau départ Saisir le moment Nous battre ou nous en aller Les saisons viennent Les saisons vont Les oiseaux partent avec la neige Les montagnes donnent Les montagnes volent Rien n’est gravé dans le marbre
6.
La Source 04:14
La Source J’arrête de subir, de courber l’échine, de fléchir De garder ma révolte silencieuse, je lâche les oiseaux de leur cage et ma voix prisonnière de ses peurs J’délie mon courage j’regagne les méandres et les courbes de ma route J’relève la tête, je retourne à ma source, à la force qui coule dans mes veines, j’reprends les rênes J’relève la tête, je retrouve mon cœur de battante ma place Dans les murs de l’arène J’refuse de me taire, les regards m’indiffèrent Je suis libre de mon corps, de mon âme Je suis pas tributaire, je suis pas sexe-faible Je suis libre dans ma peau de femme J’relève la tête, je retourne à ma source, à la force qui coule dans mes veines, j’reprends les rênes J’relève la tête, je retrouve mon cœur de battante ma place Dans les murs de l’arène J’relève la tête, je retourne à ma source, à la force qui coule dans mes veines Je sens en moi le combat La lutte de celles avant moi Je sens en moi le combat La lutte de celles pour nos droits J’dénonce, je résiste, j’me rebelle, je guéris J’réapprends la beauté de la vie J’affronte, je ravive, j’rejette, je décide Je suis leur flamme insoumise J’relève la tête, je retourne à ma source, à la force qui coule dans mes veines, j’reprends les rênes J’relève la tête, je retrouve mon cœur de battante ma place Dans les murs de l’arène J’relève la tête, je retourne à ma source, à la force qui coule dans mes veines, j’reprends les rênes J’relève la tête, je retrouve mon cœur de battante ma place Dans les murs de l’arène The Source I refuse to endure this, to bend over backwards, to keep my rebellion silent I release the birds from their cage, and my captive voice from its fears I untether my courage, return to the flowing curves of my road I raise my head, I go back to my source To the strength that flows in my veins, I take up the reins Standing tall, I assert the power of my warrior heart and stake my claim I refuse to be censured, your judgment means nothing to me I am free in my body, in my soul I am independent, I am not the weaker sex I am free in my woman’s skin I raise my head, I go back to my source To the strength that flows in my veins, I take up the reins Standing tall, I assert the power of my warrior heart and stake my claim I feel the fight of the women who came before me The fight of those women for our rights I condemn, I resist, I rebel, I heal I rediscover the beauty of life I confront, I revive, I reject, I decide I carry their defiant flame I raise my head, I go back to my source To the strength that flows in my veins, I take up the reins Standing tall, I assert the power of my warrior heart and stake my claim I refuse to endure this, to bend over backwards, to keep my rebellion silent I release the birds from their cage, and my captive voice from its fears I untether my courage, return to the flowing curves of my road
7.
Ribbon Red 04:23
Ribbon Red Will you be My endless sea In the waves of endless sound? Hold my hands Through the rugged land Up the Falls Up the great big wall When silent words move the stars I feel the sky in my heart And gone are my fears, gone They are gone When migrant birds, like Spring return And rising tides, my soul rebirth Gone are my fears, gone They are gone We tied our fates With a ribbon red On a blooming day of June We wrote our names On the river bed As the sun embraced the moon When silent words move the stars I feel the sky in my heart And gone are my fears, gone They are gone When migrant birds, like Spring return And rising tides, my soul rebirth Gone are my fears, gone They are gone Ruban Rouge Seras-tu Mon océan infini Dans le chant sans fin des vagues ? Prends ma main Sur le sentier raviné Des chutes À la grande paroi Quand les silences atteignent les étoiles Je sens le ciel dans mon cœur Et s’envolent mes peurs Quand les oiseaux migrateurs reviennent avec le Printemps Et que les marées montantes font renaître mon âme S’envolent mes peurs Nous avons uni nos destins Avec un ruban rouge Un jour de Juin en fleur Nous avons écrit nos noms Dans le lit de la rivière Alors que le soleil étreignait la lune Quand les silences atteignent les étoiles Je sens le ciel dans mon cœur Et s’envolent mes peurs Quand les oiseaux migrateurs reviennent avec le Printemps Et que les marées montantes font renaître mon âme S’envolent mes peurs
8.
Orange Sea 03:26
Orange Sea I feel the fire Burning the trees Burning desire In an orange sea I feel danger I’m feeling grief I feel a growing desert Under my feet Wild Were the horses Running in the field White Were the roses Drying On the street Is it too late? Are we heading for a wall? Down with the buffaloes We tumble and fall Into the spinning wheel Of a hopeless rat race How might we heal Be free of the maze Wild Were the horses Running in the field White Were the roses Drying On the street Plastic faces Frozen and numb What a masquerade We have become Toxic splendours In a world of wounds I miss the songbirds The howl of the wolves Mer de Braises Je sens le feu Qui brûle les arbres Qui brûle le désir Dans une mer de braises Je sens le danger La douleur Je sens un désert qui croît Sous mes pieds Sauvages Etaient les chevaux Qui couraient dans le pré Blanches Etaient les roses Qui sèchent sur la route Est-ce trop tard ? Allons-nous droit dans le mur ? Nous dégringolons et tombons Comme les bisons des falaises Dans la roue D’une course folle sans espoir Comment guérir Nous libérer du labyrinthe Sauvages Etaient les chevaux Qui couraient dans le pré Blanches Etaient les roses Qui sèchent sur la route Des visages de cire Figés et insensibles Quelle mascarade Nous sommes devenus Des splendeurs toxiques Dans un monde de blessures Le chant des oiseaux Le hurlement des loups me manquent
9.
Tant qu’il y a des Etoiles Passent les jours et s’en vont Comme les feuilles dans le vent Passe le temps disparaît De mon cœur naufragé L’encre noire déversée Tant qu’il y a des étoiles, je t’aimerai S’effacent nos pas du sentier Avec les miettes que j’ai semées Pour les palombes égarées Nos deux ombres perdues sur le damier Dans l’encre noire déversée Tant qu’il y a des étoiles, je t’aimerai Passent sans mots les années Avec les pions de l’échiquier Passent trois tours et s’en vont Sur la ligne de l’horizon Sur l’encre noire déversée Tant qu’il y a des étoiles, je t’aimerai As Long as There are Stars Days pass and fly by Like the leaves in the wind Time goes by and the spilled black ink disappears From my sunken heart As long as there are stars, I will love you Our steps are erased from the path Along with the crumbs I scattered for the lost pigeons Our two shadows get lost on the checkerboard, Of spilled black ink As long as there are stars, I will love you The years go by without a word Along with the pawns on the chessboard They skip three turns and go away On the line of the horizon Of spilled black ink As long as there are stars, I will love you
10.
Between the Lilac and the Blades I forgive and forget, reach for the stars in the sky I forge a new beginning, and walk outside the line I’m leaving the pattern, I’m free to start the climb I choose a road less travelled, leave everything behind And find my way Between the lilac and the blades Who am I? I wonder. What is the purpose of all of this If there’s no exit in the circle, I’ll draw myself a door To feel the flames of your love To feel our hearts beat until we start Falling with the blossom of the cherry tree To feel the flood rise again To feel the river grow, until we start Falling with the blossom of the cherry tree I’ll find my way Between the lilac and the blades Entre Lilas et Lames J’efface et j’oublie, j’essaie d’atteindre les étoiles Je forge un nouveau départ, et marche de l’autre côté de la ligne Je prends mon envol, je suis libre de commencer l’ascension Je choisis une autre route, je laisse tout derrière moi Et je trouve mon chemin Entre les lilas et les lames Qui suis-je ? Je me demande la raison à tout cela S’il n’y a pas d’issue à ce cercle, je me dessinerai une porte Pour sentir les flammes de ton amour Pour sentir nos cœurs battre jusqu’à ce que nous commencions à tomber avec les fleurs du cerisier Pour sentir l’eau monter Pour sentir la rivière grandir jusqu’à ce que nous commencions À tomber avec les fleurs du cerisier Je trouverai mon chemin Entre les lilas et les lames
11.
Les Colombes 03:42
Les Colombes Quand hurle en moi la meute Que tombent les remparts Qu’aux murs de haine se heurte La voix de ma rage Je suis l’oiseau qui meurt Dans l’indifférence Je suis les larmes du fleuve Qui coule en silence Quand brûle en moi l’émeute Que plus rien n’a de sens Qu’à la foudre, les cris de guerre Se mêlent à la tempête Je suis l’oiseau qui meurt Dans l’indifférence Je suis les larmes du fleuve Qui coule en silence Quand pleurent les anges le sang Des armes qui mitraillent Quand tombent sans défense Les colombes sous les balles Je suis l’oiseau qui meurt Dans l’indifférence Je suis les larmes du fleuve Qui coule en silence The Doves When the horde screams inside, When the ramparts fall And when the voice of my rage collides against the walls of hate I am the bird that dies amidst indifference I am the tears of the river that flows in silence When riots burn me from the inside, When nothing makes sense anymore, When screams of war mix with the lightning and the storm I am the bird that dies amidst indifference I am the tears of the river that flows in silence When angels cry blood, When the doves fall defenseless under bullets of machine gun fire I am the bird that dies amidst indifference I am the tears of the river that flows in silence
12.
Indolore 04:01
Indolore Tu souffles sur les braises Dans le gouffre du couchant Sur le rouge de mes lèvres Quand l’abîme me surprend Cette course à rebours Vers le jour qui s’éteint Elle finit toujours Sur le bord d’un ravin Prends ma main, un instant Quand l’emporte le néant Prends ma main, un instant Quand le courage me ment J’m’essouffle, tu respires Dans les ténèbres incolores De ma nuit, mes vertiges Dans le vide indolore Prends ma main, un instant Quand l’emporte le néant Prends ma main, un instant Quand le courage me ment Dans la chute qui s’élance Dans la brume transparente Dans les feux de l’aurore Dans tes bras je m’endors Prends ma main, un instant Quand l’emporte le néant Prends ma main, un instant Quand le courage me ment Painless Abyss You blow on the embers Of the setting sun Who’s flaming descent Reddens my lips This futile race to turn back time Always ends on the edge of the ravine Take my hands, for an instant When the inescapable void rises Take my hands, for an instant When courage leaves me When I am breathless, you inhale Into the depth of my darkness Of my nights, my vertigo Into the painless abyss Take my hands, for an instant When the inescapable void rises Take my hands, for an instant When courage leaves me In the cascading falls, In the transparent haze, In the fires of dawn, In your arms, I fall asleep Take my hands, for an instant When the inescapable void rises Take my hands, for an instant When courage leaves me
13.
The Song of the Water Sometimes I remember the first time we lost ourselves in the landslide, as if the summer breeze Was moving us up and over the mountain, in gusts of wind and surrender into the open seas Just like the butterflies fluttering into the light, Are we going to crash and fall into the sun? Just like the fireflies dancing into the night, Are we going to rise again from the flames? Sometimes in the song of the water, as if the river awakened kisses in the storm I hear my heart beat, I feel alive, I am breathing. Hold me close while we’re soaring high above the ground Just like the butterflies fluttering into the light, Are we going to crash and fall into the sun? Just like the fireflies dancing into the night, Are we going to rise again from the flames? Le Chant de l’Eau Parfois je me souviens de la première fois que nous nous sommes perdus dans le pierrier, comme si la brise d'été nous portait au-dessus des montagnes, dans des rafales de vent et d'abandon jusque dans le grand large Comme les papillons qui battent des ailes vers la lumière, Allons-nous tomber dans le soleil ? Comme les lucioles qui dansent dans la nuit, Allons-nous renaître des flammes ? Parfois j’entends battre mon cœur dans le chant de l’eau comme si la rivière réveillait des baisers dans la tempête Je me sens en vie, je respire, tiens-moi contre toi pendant que nous nous élevons dans les airs plus haut, loin de la terre Comme les papillons qui battent des ailes vers la lumière, Allons-nous tomber dans le soleil ? Comme les lucioles qui dansent dans la nuit, Allons-nous renaître des flammes ?
14.
J’garde les fleurs Dans la trajectoire de la lumière Comme une morsure de vipère Je sens le vide, l’écho solitaire L’éclair invisible dans ma chair Dans la trajectoire éphémère Et mes blessures de guerrière J’sens la soif, l’urgence de vivre Dans les griffes de l’irréversible Des ronces bataillées Des routes emportées Des jours envolés J’garde les fleurs Des flammes naufragées Des rêves échoués Des nuits embrasées J’garde les braises Dans la trajectoire bleu ébène Dans le piège qui se referme Je sens le vide, le battement désert En chute libre dans l’atmosphère Des ronces bataillées Des routes emportées Des jours envolés J’garde les fleurs Des flammes naufragées Des rêves échoués Des nuits embrasées J’garde les braises J’garde les fleurs J’veux les fleurs Juste de passage, nous sommes Un nom dans le sable, nous sommes De l’encre sur une page Dans le vent Juste de passage, nous sommes Le nom d’une épave, nous sommes Les cendres d’une étoile Vagabonde I Keep the Flowers In the suddenness of lightning, like a bite of a viper, I feel the void, the solitary echo The invisible electricity under my skin In the ephemeral trajectory Of my warrior wounds, I feel strong thirst, the urgency to live Despite the irreversible nature of time From the tangled brambles From the washed out roads From the disappearing days I keep the flowers From the burnt out flames From the broken dreams From the sleepless nights I keep the embers In the blue ebony path In the trap that is closing, I feel the void, the desolate beat In free fall in the atmosphere From the tangled brambles From the washed out roads From the disappearing days I keep the flowers From the burnt out flames From the broken dreams From the sleepless nights I keep the embers We are just passing through, we are a name in the sand We are ink on a page in the rain We are just passing through, we are a ship lost at sea We are the ashes of a vagabond star
15.
Den of Thieves How could I betray the promises I made? Cheat myself and fail, time and again How could I forsake my dreams for this cage I tried to walk away and make my escape So I won’t go on and keep falling As if tomorrow never dawned over the mountain How could I forget, the words that I once said? How can I put it all to rest and let the darkness fade So I won’t go on, and keep falling As if tomorrow never dawned over the mountain When the light hits the stream And puts my den of thieves to sleep I will catch and release All the broken figurines I watch the sun meet the rain And the colors clear the haze I’ll find my path through the maze And my needles in the hay So I won’t go on, and keep falling As if tomorrow never dawned over the mountain No I won’t go on and keep falling Now… now… I’ll stop falling now… Now… Antre de Brigands Comment ai-je pu trahir les promesses que j’ai faites Me leurrer et échouer, encore et encore Comment ai-je pu abandonner mes rêves pour cette cage J’ai essayé de partir, de m’évader Pour ne pas continuer à tomber Comme si demain ne se lèverait jamais Comment ai-je pu oublier les mots dits Comment mettre fin à tout ça et sortir de l’obscurité Pour ne pas continuer à tomber Comme si demain ne se lèverait jamais Quand la lumière réveille le ruisseau Et endort mon antre de brigands Je capture et relâche Les fantômes du passé Je regarde le soleil danser avec la pluie Et les couleurs chasser le brouillard Je trouverai mon chemin dans le labyrinthe Et mes aiguilles dans la botte de foin Pour ne pas continuer à tomber Comme si demain ne se lèverait jamais
16.
Lady of the Dawn I know this mountain I’ve been strong before Like I know this battle At my door I’m flying my kite With you Lady of the Dawn With your shadows and lights ‘Till I reach the sun You see my soul My tears untold Like beads of hope That roll through the darkness Just like water falls And turns the wheel Just like shooting stars That disappear I’m climbing the ladder To the snow-crowned peaks Over the vallies And the evergreens You see my soul My tears untold Like beads of hope that grow You see my soul My tears untold Like beads of hope Through the darkness I know this mountain I’ve been strong before I’ll fight this battle ‘Till I reach the shore Dame de l’Aube Je connais cette montagne J’avais de la force avant Comme je connais cette bataille À ma porte Je laisse danser mon cerf-volant Avec toi Dame de l’Aube Avec tes ombres et tes lumières Jusqu’à ce que je touche le soleil Tu vois mon âme Mes larmes indicibles Comme des perles d’espoir Qui roulent et traversent l’obscurité Comme l’eau qui tombe Et qui fait tourner la roue Comme les étoiles filantes Qui disparaissent Je gravis l’échelle Vers les sommets enneigés Au-dessus des vallées Et des conifères Tu vois mon âme Mes larmes indicibles Comme des perles d’espoir Qui grandissent Je connais cette montagne J’avais de la force avant Comme je connais cette bataille Je mènerai le combat Jusqu’à atteindre le rivage
17.
Les Chimères Viendras-tu me couvrir De jasmin et de roses Viendras-tu me retenir Quand la marée haute Libère Mes fleurs des flots Mes Flammes de l’eau Les chimères de l’aube Viendras-tu rebâtir Les ponts, les pyramides Viendras-tu sans rougir Quand le Rhône apatride Libère Mes fleurs des flots Mes flammes de l’eau Les chimères de l’aube Reviendras-tu cueillir Dans mon jardin l’été Reviendras-tu de l’exil Quand la crue effrénée Libère Mes fleurs des flots Mes Flammes de l’eau Les chimères de l’aube Chimeras Will you come and cover me with jasmine and roses Will you come and catch me When the high tide frees my flowers from the waves My flames from the water Chimeras from the daybreak Will you come and rebuild the bridges, the pyramids Will you come without blushing When the stateless Rône River frees my flowers from the waves My flames from the water Chimeras from the daybreak Will you come back and pick Summer’s sweetness in my garden Will you come back from exile When the frantic flooding frees my flowers from the waves My flames from the water Chimeras from the daybreak
18.
J’écoute la pluie Quand tout est fini, qu’il y a plus rien à dire Que chacun s’en va, que ne reste que l’écho des rires Quand il faut partir pour regagner l’autre rive J’écoute la pluie J’écoute la pluie Quand il est enfin l’heure de rejoindre le silence Que je compte les oiseaux par la fenêtre de ma chambre Qu’ils vont s’envoler, que plus rien n’a d’importance J’écoute la pluie J’écoute la pluie Le festin terminé, on ramasse les dernières cendres Il faut commencer à remonter l’autre pente Il est encore temps de finir les vendanges J’écoute la pluie J’écoute la pluie Quand arrive la fin, que se referme enfin le livre Qu’au bout du chemin, il n’y a plus de vide Que j’éteins le feu qu’il est temps de m’endormir J’écoute la pluie J’écoute la pluie I listen to the rain When everything is done, when there's nothing left to say When everyone leaves, when only the echoes of laughter remain When it's time to go back to the other shore I listen to the rain I listen to the rain When it's time to get back to silence I count the birds through my bedroom window As they will fly off, and nothing matters anymore I listen to the rain I listen to the rain When the feast is over, we pick up the last ashes We must begin to go back up the other slope There is still time for the grape harvest I listen to the rain I listen to the rain When we come to the end, when the book closes at last Upon reaching the horizon there is no drop. Then I put out the fire, it's time to fall asleep I listen to the rain I listen to the rain

about

"Tales from the Land Above" CD/Book of 64 pages and 18 songs. 19.5x19.5 cm
Lyrics of the songs, illustrations by Bahadir Isler, pictures and text by Gaspard Duval about the mountains of Valais in English and French, where the album was written.
This is the third album of the Mary Zoo "Tales Trilogy"

credits

released November 25, 2021

All songs written by Christine Zufferey

Christine Zufferey : Vocals, acoustic ans 12-string guitar, duduk, piano and sounds
Antoine Delecroix : Electric, baritone and lap steel guitar, xylophone, farfisa, percussion, drums and sounds
Emilie Cavallo : Cello
Gabrielle Maillard : Violin
Caroline Pauvert : Viola
Guillaume Laval : Forge sounds on "Between the Lilac and the Blades"

Arrangements by Antoine Delecroix and Christine Zufferey
Violin and viola arrangements by Christine Zufferey
Cello arrangements by Emile Cavallo

Recorded, mixed and mastered at Studio Taitbout by Antoine Delecroix
Produced by Antoine Delecroix and Christine Zufferey
Artwork, illustrations and design by Bahadir Isler
Photography and "Que la montagne est belle !" text by Gaspard Duval
English lyrics and translation editing by Carolyn Kepes
French translation editing by Audrey Taravella

license

all rights reserved

tags

about

Mary Zoo Paris, France

Originating from the Boston underground rock scene, Swiss native and adopted Parisian Christine Zufferey leads us into her post-romantic troubadour world as an enchantress in her own folk alternative style with her project MARY ZOO. It is an intoxicating body of songs, at times in English, at times in French with captivating words of abiding feelings and timeless legends. ... more

contact / help

Contact Mary Zoo

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Mary Zoo, you may also like: